Coluche

20 ans déjà...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Questions à Philippe Boggio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
arnceffrance2
Administrateur du ColucheForum
Administrateur du ColucheForum


Masculin Nombre de messages : 91
Age : 72
Localisation : mantes la jolie
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Questions à Philippe Boggio   Mer 21 Juin - 7:24

Citation :


"C'était un bateleur social"


''C'était un bateleur social'' par Philippe Boggio,
journaliste et écrivain,
auteur de "Coluche, l’histoire d’un mec" (Flammarion, 1991, réédition enrichie en mai 2006)


Dans la préface de votre livre, vous rappelez que Coluche se place dans les toutes premières positions dans le sondage sur les "100 plus grands Français". A votre avis, pourquoi plaisait-il tant ?

- Coluche plaît en effet beaucoup, mais seulement 20 ans après sa mort. Il ne faut pas oublier que de son vivant, il était très critiqué. Coluche était un comique plutôt brutal et frontal dont l'auditoire était essentiellement composé de la France "d'en bas". Il plaisait surtout aux couches populaires, celles qui avaient envie d'en découdre avec le social et le politique et qui ne s'offusquaient pas des insultes et des gros mots.
Aujourd'hui, les Restos sont toujours là et je crois que c'est avant tout le souvenir de son créateur qui touche les gens. La sympathie envers Coluche, certes rétrospective, fait l'unanimité chez les Français. C'est comme s'il avait été introduit au Panthéon national. Il occupe aujourd'hui une grande place dans l'"émotionnel" national et il incarne, bien au-delà de sa simple personne, quelque chose de très vaste qui unit tout le monde.

Coluche est mort dans un accident à l'âge de 41 ans.

A votre avis, qu'aurait-il fait s'il était toujours parmi nous ? Quels étaient ses projets ?

- Au moment de sa mort, il préparait un nouveau spectacle de sketches pour faire sa rentrée au Zénith. Après une parenthèse de près de 5 ans pendant lesquels il avait fait de la politique, du cinéma, de la radio et créer les Restos du cœur, il souhaitait revenir à son premier amour et retrouver les planches. Mais je sais pertinemment que ça l'aurait de nouveau lassé et qu'il se serait une nouvelle fois redirigé vers ses engagements politiques et sociaux. C'était avant tout un provocateur social et on ne pouvait lui en lever cela.
D'une manière générale, je pense qu'il aurait fait une grande carrière à la télévision. A son époque, la télé était balbutiante et pas aussi légère qu'aujourd'hui. Je pense vraiment qu'il aurait pu inventer un nouveau "genre", s'installer sur une chaîne comme Canal+ et faire sa propre télé. Il aurait d'ailleurs pu être un média à lui tout seul.
Il aurait aussi probablement pris d'autres engagements politiques, mais je ne pense pas qu'il aurait pu faire le grand saut et briguer des mandats électoraux, il était bien trop libertaire et anarchiste pour cela.
Ce qui est sûr, c'est que Coluche aurait été beaucoup plus efficace, beaucoup plus performant dans ses actions car les principaux défauts qu'on lui reprochaient souvent (colère, non-maîtrise de soi) commençaient à s'estomper.

Selon vous, en quoi manque-t-il à la France ? A-t-il un successeur parmi les humoristes actuels ?

- Coluche nous manque à chacun, mais de bien différentes manières. Ce qui manque à la France, c'est la présence d'un crieur de rue. La société a toujours besoin d'un bateleur qui réveille les consciences et qui assure au pays une santé aussi bien morale que physique. Une société qui n'a plus de miroir et ne peut plus se regarder en face a forcément des problèmes psychologiques. Avant, Coluche était là, aujourd'hui, il n'y a plus personne. Certains comiques d'aujourd'hui pourraient être légitimement considérés comme des successeurs. Je pense à Djamel Debbouze, qui, de par son parcours et ses opinions, a tissé malgré lui une sorte de lien fraternel avec Coluche. Mais d'une manière générale, aucun humoriste n'a repris le flambeau. La liberté de parole et d'opinion de l'époque ne passerait plus aujourd'hui.
La mondialisation et les débats sur les questions d'identité, souvent à fleur de peau, empêcheraient cela. Mais le problème provient aussi peut-être du fait que les comiques actuels n'utilisent plus l'humour comme dénonciation du réel. Ils sont malheureusement beaucoup plus narcissiques que des gens comme Coluche, Le Luron ou Desproges.

Propos recueillis par Hakima Bounemoura
(le lundi 19 juin 2006)
Nouvel Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Questions à Philippe Boggio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Historique des chronos Patek Philippe à QP et revue du chrono QP 5970
» Recherche sur Philippe Daudet
» SOMMAIRE DU GRIMOIRE DE PHILIPPE DE NEUVILLE
» Recueil de Philippe de Neuville
» Petite questions entre amis!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coluche :: Son oeuvre... :: Coluche-
Sauter vers: